Fantasy

De feu et de braises d’Ilona Andrews

Ilona Andrews, De feu et de braises, Dynasties 3, J’ai lu

Ilona Andrews est le nom de plume utilisé par un couple formé d’Ilona, une Russe spécialisé en biochimie, et d’Andrew, un Américain. Ils sont mondialement connus pour la fantastique saga de fantasy urbaine Kate Daniels, publiée chez MXM Bookmark.

L’histoire :

Nevada devrait se méfier de Rynda Charles.

Cette irrésistible beauté, fille d’une puissante meurtrière, devine les émotions d’autrui et peut les influencer. Et surtout, elle a autrefois été fiancée à Rogan, le petit-ami de Nevada !

Pourtant, quand Rynda la supplie de retrouver son mari, Nevada n’a pas le cœur à refuser. Son don pour déceler la vérité en toutes circonstances devrait lui garantir un succès.

Ni une ni deux, elle se lance dans cette nouvelle enquête, aidée de Rogan. Lorsqu’il est à son côté, Nevada est prête braver tous les dangers… y compris ceux qui menacent leur amour.

Mon avis :

Fantastique, ou encore, sont les seuls mots qui me viennent à l’esprit pour cette série.

Suite aux événements du tome précédent, Rynda est devenue une paria. Lorsque son mari disparaît, elle n’a d’autre choix que de s’adresser à Nevada, l’assassin de sa mère, pour obtenir de l’aide.

Cette dernière, appliquant le code d’honneur de sa famille, accepte et enquête au sein de la maison Sherwood. Elle va vite découvrir que le kidnapping n’est pas une affaire aussi simple qu’il n’y parait.

De plus, même si elle a une confiance totale dans son couple, Rynda lui met les nerfs à rude épreuve. Cette dernière fait tout pour ressembler à une pauvre petite fleur fragile et sans défense, qui a besoin que Rogan la prenne en charge jusqu’au retour de son mari. Quand on connaît la personnalité de sa mère, on se doute que sa fille lui ressemble un minimum et qu’elle a de la ressource.

En parallèle, Nevada et sa famille remplissent les papiers pour fonder une maison, ce qui les protégera pendant 3 ans de Victoria. Conforme à sa réputation, cette dernière est impitoyable, calculatrice, et prête à toutes les machinations pour arriver à ses fins, y compris au sein de sa propre famille. Grace à elle, nous avons toutes les réponses sur les pouvoirs plus incroyables et rares les uns que les autres des sœurs de Nevada.

Toujours aussi soudés et unis, la famille Baylor fait face aux évènements avec le courage et l’humour à revendre qu’on leur connaît. On en append davantage dans ce tome sur les derniers membres de la famille qui n’avaient pas encore été mis en lumière. Ils sont vraiment tous plus attachants et surprenants les uns que les autres.

J’ai adoré la relation plus profonde, plus complice, entre Rogan et Nevada dans ce tome. Tout en lui indiquant que leur relation est condamnée, car leurs pouvoirs sont incompatibles, Rogan l’aide et la conseille de son mieux dans son rôle de futur chef de maison. Il lui explique les jeux de pouvoirs encore invisible à ses yeux, l’importance des alliances entre familles, ou celle de la génétique, primordiale au sein des maisons pour renforcer les pouvoirs des enfants, et donc la puissance des maisons auxquelles ils appartiennent. Bien évidemment, on se doute que Nevada prendra ses propres décisions à ce sujet, et que Rogan aura du mal à lui laisser le champ libre.

Ce tome est palpitant. Le récit est fluide, sans aucun temps mort, et bourré d’humour à nous faire mourir de rire lors de certaines scènes. Sergent Nounours, les crises de jalousie de notre couple adoré, …

L’ampleur de la machination est incroyable. Le dosage entre les différentes intrigues est très bien fait, et permet à l’auteur d’exploiter à merveille les personnages, principaux comme secondaires. J’en viendrai presque à les considérer tous au même niveau, d’ailleurs.

Les révélations arrivent petit à petit, en temps voulu. J’ai apprécié que Léon apprenne enfin qu’il avait des pouvoirs, comme le reste de la famille. J’ai adoré la 1ère apparition, plutôt surprenante, de ce qu’est Arabella, même si je m’en doutais depuis un moment.

Les auteurs nous ayant garanti l’écriture d’un 4ème tome, soit chez le même éditeur, soit en autoédition, j’adorai savoir d’où viennent les pouvoirs de Bern sur les récurrences ou de Léon, vu que ce sont des cousins des filles du côté maternel et donc purement humain de la famille. L’auteur nous cacherai-t-il des éléments sur cette branche ?

De plus, la fin ouverte nous indique bien que l’auteur n’en a pas fini avec le mystérieux César, ou avec Victoria …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *