Thriller Contemporain

La fille qui rendait coup pour coup de David Lagercrantz

David Lagercrantz, La fille qui rendait coup pour coup, Millénium 5, Actes Sud

Suédois, David Lagercrantz a pris la suite de Stieg Larsson à partir de Ce qui ne me tue pas, le tome 4 de la série Millénium. Il a également écrit Indécence manifeste en 2009, ou collaboré avec le sportif pour publier Moi, Zlatan Ibrahimović en 2011.

L’histoire :

Une enfance violente et de terribles abus ont marqué à jamais la vie de Lisbeth Salander. Le dragon tatoué sur sa peau est un rappel constant de la promesse qu’elle s’est faite de combattre l’injustice sous toutes ses formes.

Résultat : elle vient de sauver un enfant autiste, mais est incarcérée dans une prison de haute sécurité pour mise en danger de la vie d’autrui.

Lorsqu’elle reçoit la visite de son ancien tuteur, Holger Palmgren, les ombres d’un passé qui continue à la hanter resurgissent.

Quelqu’un a remis à Palmgren des documents confidentiels susceptibles d’apporter un nouvel éclairage sur un épisode traumatique de son enfance. Pourquoi lui faisait-on passer tous ces tests d’intelligence quand elle était petite ? Et pourquoi avait-on essayé de la séparer de sa mère à l’âge de six ans ?

Lisbeth comprend rapidement qu’elle n’est pas la seule victime dans l’histoire et que des forces puissantes sont prêtes à tout pour l’empêcher de mettre au jour l’ampleur de la trahison.

Avec l’aide de Mikael Blomkvist, elle se lance sur la piste d’abus commis par des officines gouvernementales dans le cadre de recherches génétiques secrètes.

Cette fois, rien ne l’empêchera d’aller au bout de la vérité.

Mon avis :

Les puristes ont beau dire que David Lagercrantz ne sera jamais à la hauteur de Stieg Larsson, moi, je lis la suite de la série avec le plus grand plaisir. Il respecte les personnages ainsi que l’univers et les enrichit.

Pendant son séjour en prison, Lisbeth se retrouve à observer et à s’opposer à une codétenue, Benito. Elle fait la loi dans ce quartier de haute sécurité, y compris pour les surveillants. Sa principale victime, Faria, est condamnée pour avoir défenestré son grand frère en luttant contre lui. Elle voulait échapper à un crime d’honneur.

Bien évidemment, vu qu’elle déteste l’injustice sous toutes ses formes, Lisbeth s’en mêle allégrement sans aucune hésitation. Elle décide également de relire les éléments de l’enquête, qui lui parait avoir été bâclée.

De plus, elle reçoit la visite d’Holger. Les documents, remis par une ancienne secrétaire de l’hôpital psychiatrique ou elle a été enfermé enfant, lui apprennent qu’elle a fait partie d’une étude scientifique sur les jumeaux avec sa sœur Camille. On savait déjà que Lisbeth avait vécu une enfance horrible, mais on ne savait pas à quel point.

Travaillant sur l’inné et l’acquis des jumeaux miroirs, les membres du Registre voulaient comprendre l’influence de l’environnement familial ou économique sur le caractère, la personnalité ou les goûts des enfants. Ils étudiaient les ressemblances entre les jumeaux séparés pour savoir s’ils développeraient les mêmes compétences malgré une éducation différente.

Peu importe ce qu’ils voyaient dans les familles, ils n’intervenaient jamais si l’enfant était battu, sdf, … car cela aurait faussé les précieux résultats de l’enquête.

En revanche, alors que la mère de Lisbeth faisait tout pour protéger ses filles, ils lui avaient suggéré de faire placer cette dernière, ce qu’Agneta n’a jamais voulu. Parfaitement conscient de la conduite du père et des mauvais traitements, ou du fait que Camille était sa petite protégée, ils voulaient voir comment les jumelles grandiraient séparées.

De même, ils ne sont jamais intervenus ensuite alors qu’ils continuaient à la suivre et à faire faire les tests, ou examens médicaux, utiles à l’étude par l’intermédiaire de Téléborian.

Dans ce tome, l’auteur revisite tout ce qu’on avait appris de l’enfance de Lisbeth dans la première trilogie. De manière complètement crédible, il y ajoute des faits inconnus, ou nous donne une 2ème vision, une 2ème interprétation, de certaines scènes pour son intrigue.

Le style de l’auteur est simple, direct, fluide. Il nous embarque dans un récit ou les surprises, les rebondissements et les révélations s’enchaînent sans temps-mort.

Les intrigues sont aussi bien construites et exploitées l’une que l’autre. Elles sont crédibles, cohérentes, solides et ultra-documentées. Il y a un juste dosage entre les deux.

L’aspect scientifique de l’étude sur les jumeaux est passionnant et bien expliqué, donc on ne se perd pas dans les nombreuses ramifications. On ne peut s’empêcher d’être horrifié par moment vu les événements relatés.

L’aspect psychologique est aussi très important dans le récit. Il prend le pas, sans l’oublier, sur la dénonciation des travers de la société suédoise.

Tout aussi complexes et fouillés que les principaux, les personnages secondaires sont vraiment très intéressants à découvrir.

La relation entre Lisbeth et Mikael est toujours aussi spéciale, ce qui fait son charme. J’adorerai les retrouver en première ligne dans un 6ème tome, surtout si Camille est présente physiquement et qu’on en append davantage sur son enfance à elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *