Ados / Young Adult/Fantasy

Harry Potter et l’enfant maudit

Harry Potter et l’enfant maudit de J.K. Rowling, Jack Thorne et John Tiffany, Folio Junior

Nul besoin de présenter J.K. Rowling, le monde entier connait Harry Potter, la saga aux 7 tomes qui se sont vendus par millions, sans compter ce qu’elle a écrit sous des pseudonymes.

Jack Thorne et John Tiffany ont  su s’approprier cet univers pour ce qu’on appelle le 8ème tome.

L’histoire :

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants.

Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.

Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Mon avis :

Harry Potter m’a fait passer par toute la gamme des sentiments au fil des tomes, donc j’ai retrouvé cet univers avec plaisir. Malgré mes craintes initiales, le format est très visuel, les pages se tournent vite …

J’ai juste été déçue de certaines absences dans les personnages, comme les Wesley, mais ravie de revoir certaines scènes des livres sous un autre jour.

Notre trio a fondé une famille, travaille de son mieux en fonction des circonstances, et eu des enfants qui grandissent dans l’ombre présente, parfois même oppressante, du passé.

On ressent leurs difficultés d’évoluer dans un monde en complète révolution tout en respectant des traditions ancestrales.

Plus complexe, plus humain, Draco nous surprend. On voit comment il aurait évolué dans un environnement familial différent.

Toujours aussi attachant, Harry est devenu un adulte peu sur de lui dans sa vie privée. Malgré tous ses doutes, son manque de repère paternel qui l’obsède, et sa maladresse issue des cicatrices laissées par son enfance, il veut être un père aimant et protecteur.

Albus, son 2ème fils, ne lui facilite vraiment pas la tache. Digne fils de son père, mais aussi mal dans sa peau d’héritier d’un héros, il forme un duo Serpentard d’enfer avec son meilleur ami Scorpius, le fils de Draco. Complémentaires, attachants, drôles, et très courageux, ils agissent toutefois sans trop réfléchir, et font de leur mieux ensuite pour gérer les conséquences de leurs erreurs.

Le reste de la nouvelle génération n’est pas assez présente à mon goût. J’aurais aimé découvrir davantage leurs personnalités, leurs caractères. Un jour, peut-être …

En ce qui concerne les bonus de l’édition poche, j’ai été extrêmement déçue par l’arbre généalogique. J’avais entendu dire que J K Rowling en avait créé un qui tenait sur un mur entier chez Sirius, et qui montrait les liens entre les vielles familles telles que les Black, Potter, Malfoy et autres, mais on n’en a qu’un minuscule petit bout.

Par contre, j’ai bien aimé la transcription de la conversation entre l’auteur et le metteur en scène qui nous raconte leur vision du théâtre, et le cheminement de la pièce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *