Ados / Young Adult/Fantasy

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban illustré

J. K. Rowling et Jim Kay, Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban illustré, Harry Potter 3, Gallimard Jeunesse

Britannique, mariée, 3 enfants, professeur de français à Londres, puis d’anglais au Portugal, elle invente le personnage d’Harry Potter dans un train selon la légende.

Elle publie Harry Potter à l’école des sorciers chez Bloomsbury Children’s Books en juin 1997 et la suite régulièrement jusqu’en 2007.

Dans le même univers, elle a également écrit Les animaux fantastiques, Le Quidditch à travers les âges, les Contes de Beedle le Barde ou le scénario des animaux fantastiques.

L’histoire :

Après avoir gonflé la sœur de son oncle Vernon sous l’effet de la colère, Harry s’échappe à bord du Magicobus pour gagner le Chemin de Traverse. Le Ministre de la Magie l’y accueille en personne et, pour une raison incompréhensible, passe l’éponge sur cet usage abusif de la Magie.

Harry comprend bientôt que les sorciers sont bien plus préoccupés par l’évasion de Sirius Black, l’assassin de ses parents, qu’on pense à sa recherche. Après tout, c’est aussi son parrain. C’est donc sous la garde des Détraqueurs que les élèves de Poudard font leur rentrée.

Au programme : des cours de divination, le dressage des hippogriffes cher au cœur de Hagrid, nommé professeur de Soins aux créatures magiques …

Mais Harry est-il vraiment à l’abri du danger qui le menace ? Saura-t-il faire face aux nombreuses découvertes qui l’attendent sur le passé de ses parents et leurs personnalités ?

Le tome 3 de la saga en version intégrale, entièrement et magnifiquement illustré en couleur par Jim Kay dans un beau livre cartonné avec jaquette.

Lorsque j’ai vu les illustrations de Jim Kay, j’ai été profondément émue. J’aime énormément son interprétation du monde de Harry Potter, et me sens honorée et reconnaissante qu’il y ait prêté son talent (J. K. Rowling).

Mon avis :

À chaque fois que j’entame un livre illustré par Jim Kay, j’ai l’impression de redécouvrir cette histoire que je connais pourtant par cœur. Il enchante de ses dessins ce tome qui plonge dans le passé de cet univers.

On y apprend énormément de choses sur le passé des personnages, anciens comme nouveaux.  L’auteur y développe de nouvelles facettes de cet univers, déjà si riche.  Harry se rend compte combien son enfance aurait pu être différente s’il avait été élevé par ses parents ou Sirius. Grace aux détraqueurs, il fait aussi face à ses peurs et s’affirme.

Mes seuls regrets : le prix de ce livre, même s’il peut se justifier par la qualité du papier et de l’impression, et l’absence d’image des maraudeurs dans leur enfance. Peut-être une prochaine fois ?

Dans les très nombreuses images proposées figurent le Magicobus, la prison d’Azkaban, la carte du Maraudeur, un hippogriffe, un détraqueur, un loup-garou … mais aussi Sirius, Pattenrond, Sibylle Trelawney ou Rémus Lupin… sans oublier toutes les autres.

Les illustrations sont magnifiques, comme toujours. Elles sont remplies de petits détails, très soignées. Bien sûr, le contexte fait que les dessins sont plus sombres, plus angoissants que dans les tomes précédents, mais c’est normal et très bien fait. Ils soulignent les passages, enrichissent l’histoire. Chaque feuille de ce livre a son dessin approprié, c’est magique pour nous immerger dans l’histoire en permanence…

Kim Kay préférant être fidèle aux descriptions de l’auteur qu’aux visages des acteurs, certains seront peut-être un peu déroutés par l’aspect de Sybille par exemple…

En refermant ce tome, je me pose la même question que pour les précédents : S’il forme un parfait cadeau de Noel pour faire découvrir aux enfants l’histoire d’Harry lors des lectures du soir, combien de parents le garderont-ils finalement pour eux ?

Et dire qu’il faut attendre octobre prochain pour le tome suivant ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *