Ados / Young Adult

The crime de Marie Rutkoski

Marie Rutkoski,  The crime, The curse 2, Lumen

Américaine, auteur de romans jeunesse, Marie Rutkoski a suivi des ateliers d’écriture avec le professeur James Alan McPherson, un prix Pulitzer, et a enseigné la littérature américaine et l’histoire.

Histoire

Fille du général valorien le plus titré de l’Empire, Kestrel a subi la malédiction du gagnant. Elle est devenue l’amie d’Arin, l’esclave herrani acheté à prix d’or devant toute la ville. Elle ignorait qu’il était un espion chargé de s’introduire chez son père pour mieux préparer la révolte de son peuple.

Désormais, Arin est l’un des plus hauts responsables du gouvernement herrani. Il ignore que pour obtenir la signature de l’empereur sur le traité de paix, Kestrel a dû accepter d’épouser son fils.

Kestrel vit désormais au Palais, seule et solitaire en dépit des apparences. Elle se retrouve contrainte de se méfier de tout le monde sans exception. L’empereur manipule et aime faire souffrir son entourage, son fiancé Verox se méfie d’elle, les courtisans sont prêts à tout pour arriver à leurs fins, et Arin lui en veut énormément.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ?

Dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, découvrez les jeux de pouvoir, les coups de bluff et les enjeux vertigineux de la partie de poker menteur que se livrent deux espions pris dans les nasses de deux causes ennemies.

Mon avis :

Après le coup de théâtre final du 1er tome, j’étais curieuse de savoir comment l’auteur ferait évoluer l’histoire.

Dans ce 2ème tome, le rythme est beaucoup plus calme, du moins en apparence. Krestel, fiancée du prince héritier valorien, vit à la cour, ou elle côtoie Arin, devenu l’ambassadeur herrani. Il n’y a plus de guerre ouverte, mais de la politique et des complots. Des mensonges et des non-dits également, que ce soit entre eux ou au sein de la société.

Kestrel joue un jeu très dangereux dans ce tome. Elle sait qu’elle ne peut faire confiance à personne et qu’Arin la hait. Drapée dans son orgueil, elle ne comprend pas son attitude et son refus de lui demander pardon. Certes, il n’était pas d’accord avec elle sur sa solution pour résoudre le conflit de la manière la plus pacifique possible, mais elle voulait elle-aussi protéger le territoire herrani. Après tout, elle y a passé toute son enfance…

De son coté, ce dernier est conscient de ses responsabilités envers son peuple, et tout aussi têtu et en colère, il reste sourd et aveugle aux doutes qu’il ressent parfois.

Chacun d’eux campe sur ses positions, ce qui nous donne envie de les secouer une bonne fois pour toute tout le long du récit. Une simple discussion dissipant les malentendus qui les séparent rendrait la situation tellement différente entre eux. On le voit parfaitement grâce à l’alternance de point de vue entre nos deux héros. L’auteur introduit à plusieurs reprises des situations ou on croit qu’ils vont se parler sans le faire. Elle joue avec nos nerfs et notre curiosité.

Kestrel et Arin ont changé, mûris, même si on ne le voit pas toujours. Ils sont plus matures et calculateurs, même s’ils ont encore beaucoup de choses à apprendre. Ils sont désormais dans deux camps opposés qu’ils doivent défendre de toutes leurs forces. Ils font des choix, des erreurs et doivent tous les deux faire face à des décisions qui leur déplaisent. Elles peuvent aussi les dépasser, compte tenu de leurs convictions et de leurs intérêts politiques. L’aspect psychologique et humain des personnages est plus important et mieux exploité dans ce tome. On peut d’ailleurs trouver quelques longueurs à l’occasion à cause de ça.

L’aspect politique renforce le rôle des complots, des manipulations ou mensonges à revendre, et des jeux de pouvoirs dans l’intrigue. Ils ont des adversaires cruels ou redoutable devant eux, l’Empereur n’étant pas le moindre.

On ressent davantage leurs sentiments contradictoires, leurs émotions, leurs doutes, leurs peurs, et surtout ce terrible manque de confiance en eux et de reculs sur les événements. Comme eux, on a parfois peur de ce qu’il leur arrive ou envie de se venger de leurs ennemis. On est aussi frustré de la manière dont évolue leur relation.

Les pages défilent dans un style fluide et prenant. L’intrigue est bien faite. Elle est plus sombre et plus complexe. L’auteur nous emmène là où elle le souhaite, sans nous donner vraiment de pistes vu les rebondissements et retournements de situation. Elle nous fait passer par toute la gamme des émotions.

Comme dans le premier tome, les personnages principaux et secondaires apportent chacun un petit plus à l’histoire. Certains sont à peine esquissés, d’autres plus développés. Ils ne sont pas parfaits, mais crédible dans leur rôle. Ils sont déterminés à agir selon leurs convictions, quel qu’en soit le prix à payer.

Dans un univers qui se révèle bien plus riche et complexe, je suis très curieuse de voir comment et ou se déroulera la fin de cette trilogie après un final encore plus explosif que celui du premier tome.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *