Sexy

Calendar girl Juillet d’Audrey Carlan

Américaine, Audrey Carlan a besoin d’écrire pour être heureuse. Elle aime le yoga et discuter sur les réseaux sociaux avec ses lectrices à travers le monde. Pour Calendar Girl, elle voulait créer une femme drôle, volontaire, et sensuelle.

L’histoire :

12 hommes, 12 villes, 12 rencontres, 12 livres… Des scénarios qui se croisent, se recroisent et se décroisent.

Mia vit seule avec son père, un joueur compulsif, et sa petite sœur à Las Vegas. Quand son prêteur sur gages l’envoie dans le coma, Mia se retrouve contrainte de rembourser à sa place 1 million de $ et devient escort pour 100 000 $ par mois.

Lors de sa 7ème mission à Miami, Mia est la danseuse du nouveau clip d’Anton Santiago, aussi connu sous le nom de Latin Lover, un artiste de hip-hop ultra-populaire. Il l’a choisie pour sa beauté incroyable et parce que sa popularité a une valeur inestimable.

Il a la beauté du diable, un corps de rêve, danse comme un dieu et met toutes les femmes dans son lit. Il est joueur, brute, et l’attire énormément. Elle pense que tomber dans ses bras lui changera les idées et lui permettra de se remettre doucement des évènements du mois précédent.

Elle a été engagée pour jouer les séductrices, mais, au bout du compte, c’est elle qui est tombée sous le charme du latin lover dans une belle complicité amicale.

Une surprise de taille va aussi venir agrémenter son séjour à Miami et orienter son destin.

Mon avis :

J’ai adoré la relation entre Anton et Mia.

Au tout début, on s’attend à ce qu’elle lui tombe dans les bras, mais rapidement, leur relation change pour une belle amitié, une complicité qui fait plaisir à voir. Pour une fois, Mia va connaître une relation dénuée d’ambiguïté avec un hétéro qui la protège et la soutient comme un grand frère.

Anton n’est pas seulement la caricature du chanteur hip hop riche, célèbre et séducteur qui a l’habitude d’obtenir tout ce qu’il veut de son entourage. Il est généreux, bosseur, et n’a jamais oublié une enfance très difficile.

Bien sûr, Mia va aussi se mêler de sa vie et de sa relation avec Heather, par exemple, sans aucune hésitation. On ne la refait pas.

Anton et son entourage sont très touchants dans leurs efforts pour aider Mia à surmonter son traumatisme, chacun s’y prenant à sa manière.

Dans ce tome, Mia nous montre un coté extrêmement vulnérable, et non sa force de caractère habituelle. En effet, elle a décidé de laisser le fils de Warren impuni pour le bien de la fondation de son père, ce qu’elle ne regrette pas, même si cela a un poids sur sa conscience et certaines conséquences.

Bien que Mia ai décidé de se voiler la face en voulant tout de suite passer à autre chose, l’auteur montre les conséquences inconscientes de son agression. Anton, ou les autres danseurs, ne lui ont jamais fait le moindre mal, mais elle ne peut s’empêcher d’avoir peur dès qu’ils s’approchent un peu trop. Elle va devoir surmonter cela pour retrouver une vie quotidienne normale, pour faire la différence entre un homme attentionné comme Anton ou Wes, un abruti violent comme Blaine, et un vrai monstre comme Aaron qui ne comprend pas qu’on ose lui dire non.

Juillet sera le mois des ruptures et des changements avec le passé. Mia met des mots sur ses sentiments et sur ce qu’elle a vécu cette année. Elle s’ouvre et se confie à de quasi-inconnus qui l’aident. Sans négliger son entourage, elle se fait passer en premier pour une fois.

Elle comprend aussi qu’elle doit vraiment préparer le futur. On commence d’ailleurs à voir les indices de l’auteur sur la fin de la série.

Une chose est sure, j’ai bien aimé cette partie de l’intrigue, mais elle a raison de vouloir devenir comédienne, car elle ne deviendra jamais danseuse malgré tous ses efforts.

Le style de l’auteur est toujours aussi simple, fluide et prenant. L’intrigue est mince, mais bien exploitée, tout comme les différents personnages. Le ton est sobre, juste, et cohérent sur l’état de stress post-traumatique.

Compte tenu de ce qu’on apprend sur le client suivant, Maxwell, il m’intrigue beaucoup. Ses motivations pour engager Mia ne me semblent pas si claires que cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *