Bit lit/Fantasy

Jupons & Poisons de Gail Carriger

Gail Carriger, Jupons & Poisons, Le Pensionnat de Mlle Géraldine 3, Le livre de poche

Américaine, archéologue, Gail Carriger  apprécie particulièrement de faire évoluer ses personnages dans l’époque victorienne. Chronologiquement, Le pensionnat de Mlle Géraldine est la 1ère série steampunk des trois écrites à ce jour. Elle se passe 25 ans avant Le Protectorat de L’Ombrelle.

L’histoire : 

C’est une chose que d’apprendre à faire une révérence comme il faut. C’en est une autre que d’apprendre à faire une révérence en lançant un poignard.

Bienvenue au Pensionnat de Mlle Géraldine.

Toujours élégante, Sophronia continue sa deuxième année au pensionnat, avec un éventail à lames d’acier dissimulé dans les plis de sa robe de bal, bien évidemment. Une arme tendance et forte à propos, puisque la jeune espionne, sa meilleure amie Dimity, l’adorable soutier Savon et le charmant Lord Felix Mersey montent clandestinement dans un train en direction de l’Écosse pour ramener leur camarade de classe Sidheag à sa meute de loups-garous.

Personne ne se doute de ce qu’ils vont trouver, ou qui, à bord de ce train étrangement vide.

Alors que Sophronia met à jour un complot susceptible de plonger Londres tout entière dans le chaos, elle va aussi devoir décider une bonne fois pour toutes vers qui va sa loyauté. Rassemblez vos poisons, affûtez vos plumes d’oie et rejoignez les jeunes et gracieuses machines à tuer du pensionnat de Mlle Géraldine dans ce 3ème volume passionnant offert par l’auteur steampunk à succès Gail Carriger.

Mon avis :

Ce 3ème tome est dans la lignée des précédents, voir le dépasse.

L’auteur nous embarque directement dans la vie du pensionnat sans perdre une seconde.

On retrouve nos amies aux personnalités si différentes et complémentaires les unes des autres.  On les découvre sous un nouveau jour, une nouvelle facette.

Les personnages principaux, comme secondaires, deviennent plus adultes. Leurs relations changent, évoluent. Leurs caractères futurs se révèlent.

Soudés, ils n’hésitent pas une seconde à se mettre en danger et à tout abandonner derrière eux pour venir en aide à Sidheag et à sa meute.

Emportés par les événements, ils vont devoir départager les alliés des ennemis entre les Vinaigriers, les loups-garous et les membres de la Ruche, et ce ne sera pas le plus simple. Ils vont avoir besoin de tous leurs dons d’espions pour se tirer d’affaire.

Ils seront parfois aidés par des adultes du Protectorat qu’on a plaisir à retrouver.

Le style de l’auteur est toujours aussi fluide, agréable et bourré d’humour.

L’intrigue est complexe, remplie de nombreuses découvertes, et de multiples rebondissements qui se succèdent sans temps mort.

Le triangle amoureux a sa place sans être envahissant.

Grâce à de nouvelles facettes de l’histoire, on voit parfois sous un jour différent les événements des tomes précédents, le futur de la meute Kingair, ou les personnages. Certains, comme Sidheag, passent quasi-inaperçus dans une série alors qu’ils sont extrêmement touchants dans une autre.

Dans ce tome, le style plus visuel et descriptif de l’auteur fait qu’on se rend mieux compte des événements, des situations. On se met davantage à la place des personnages. On ressent leurs doutes, leurs peurs, leurs sentiments ambigus ou contradictoires.

L’univers riche et captivant de ce monde est bien exploité. L’influence politique des vampires est indéniable, tout comme les dissensions avec les Vinaigriers. L’intrigue fil rouge progresse, les petits indices disséminés au fil des tomes par l’auteur, l’air de rien, prennent enfin tous leurs sens.

Les surprises finales rabattent les cartes d’une partie des personnages et nous laisse présager de grosses décisions à prendre, et un final explosif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *