Bit lit/Fantasy

Corsets & Complots de Gail Carriger

Gail Carriger, Corsets & Complots, Le Pensionnat de Mlle Géraldine 2, Le livre de poche

Américaine, archéologue, Gail Carriger  apprécie particulièrement de faire évoluer ses personnages dans l’époque victorienne. Chronologiquement, Le pensionnat de Mlle Géraldine est la 1ère série steampunk des trois écrites à ce jour. Elle se passe 25 ans avant Le Protectorat de L’Ombrelle.

L’histoire : 

A-t-on vraiment besoin de quatre digitales pour décorer une table pour six personnes ? Ou bien est-ce six digitales pour tuer quatre invités ?

La première année d’école de Sophronia a certainement été enthousiasmante. D’abord, son pensionnat l’entraîne à devenir espionne. Ensuite, elle est mêlée à une intrigue à propos d’un appareil volé et on lui jette une tourte au fromage dessus.

Aujourd’hui, Sophronia connaît chaque recoin de l’école, laisse traîner son oreille dans les quartiers des enseignants et monte clandestinement à la chaufferie du dirigeable où elle apprend qu’un simple voyage scolaire à Londres peut cacher davantage que ce qu’elle croit…

Vampires, loups-garous et humains sont tous après le prototype récupéré par Sophronia qui a le potentiel d’améliorer le transport aérien surnaturel.

Sophronia doit découvrir qui est derrière un dangereux complot pour contrôler le prototype… et survivre à la saison de Londres munie d’un carnet de bal complet.

Mon avis :

Ce second tome est aussi prenant que le premier. On se plonge plus vite dans l’histoire, vu qu’on connaît les bases de l’univers de l’auteur.

Comme il se passe en partie à Londres, on y retrouve avec le plus grand plaisir certains personnages du protectorat tel que Lord Akeldama ou Niall.

Sophronia est égale à elle-même. Elle baigne dans les ennuis jusqu’au cou. Curieuse, risque-tout, mais plus réfléchie, elle veut absolument découvrir les mystères qu’on lui cache, en bonne élève du pensionnat qu’elle est. Malgré les difficultés qu’ils affrontent, elle forme un groupe de plus en plus soudé avec ses amies aux personnalités si différentes de la sienne.

Tous les personnages, adultes comme adolescents, prennent de l’ampleur, deviennent plus complexes, et sont de plus en plus attachants.

L’irruption des garçons de l’école du Génie du Mal apporte une touche supplémentaire bienvenue à cet univers pour l’instant plutôt féminin.

Une ébauche de romance, ou plutôt de triangle amoureux, s’ébauche entre Felix, un futur duc prêt à tout pour partager les aventures de Sophronia, cette dernière, et Savon, le soutier. À voir comment cela évoluera …

Adapté au lectorat jeunesse de cette série, le style de l’auteur est fluide, agréable, et plus simple que dans le protectorat, sans l’être trop.

Elle met davantage en valeur le fil rouge de la série, les tensions grandissantes entre les créatures surnaturelles, les vinaigriers et les humains. On découvre ainsi l’organisation interne des vampires et loups-garous.

L’intrigue sur la guerre entre les différentes castes pour parvenir au pouvoir est haletante. Les petites intrigues secondaires sont tout aussi réussies et enrichissent l’histoire. Les pages défilent toutes seules.

Il y a énormément d’humour, beaucoup d’action et des rebondissements, parfois très surprenants, qui s’enchaînent sans temps morts. On sent que l’auteur sait où elle veut en venir dans son récit, ce qu’on a hâte de découvrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *