Sexy

Calendar Girl Juin d’Audrey Carlan

Audrey Carlan, Juin, Calendar girl 6, Hugo Roman

Américaine, Audrey Carlan a besoin d’écrire pour être heureuse. Elle aime le yoga et discuter sur les réseaux sociaux avec ses lectrices à travers le monde. Pour Calendar Girl, elle voulait créer une femme drôle, volontaire, et sensuelle.

L’histoire :

12 hommes, 12 villes, 12 rencontres, 12 livres… Des scénarios qui se croisent, se recroisent et se décroisent.

Mia vit seule avec son père, un joueur compulsif, et sa petite sœur à Las Vegas. Quand son prêteur sur gages l’envoie dans le coma, Mia se retrouve contrainte de rembourser à sa place 1 million de $ et devient escort pour 100 000 $ par mois.

Pour sa 6ème mission à Washington, Mia doit faire semblant d’être la compagne de Warren Shipley, un homme âgé qui est aussi l’un des plus riches businessmen des États-Unis. Elle doit lui servir de faire valoir vis-à-vis des hommes d’affaires qu’il veut approcher.

Elle est accueillie par Aaron Shipley le fils de Warren et plus jeune sénateur des États-Unis. À 35 ans, il est riche, célibataire, et trouve Mia particulièrement à son goût.

Mia, qui pensait que la politique était un monde ennuyeux, va s’apercevoir qu’il n’y a rien de plus excitant que la démocratie. Pourtant, il va lui falloir beaucoup de force et de courage pour surmonter de bien tristes événements. Heureusement, elle sera bien entourée…

Mon avis :

Tout en restant sur le ton léger qu’on a appris à connaitre et à apprécier, l’auteur nous montre enfin le côté sombre de la vie d’escort dans ce tome charnière, tout en illuminant le récit par des scènes à mourir de rire.

Généreuse, altruiste, observatrice et perspicace derrière ses apparences frivoles, Mia se retrouve plongé dans le monde un chouia tordu de la politique et se prend au jeu sans en être dupe.

En parfaite femme trophée, elle va faciliter les prises de contact de son employeur, Warren, avec de puissants hommes d’affaires en position de l’aider à développer des services médicaux vers le tiers-monde en mémoire de sa femme. Ces derniers paradant en société avec des femmes-objets de l’âge de leur petite-fille prendront son projet caritatif plus au sérieux s’il fait de même. Bien sûr, toutes ces femmes ne seront pas si superficielles que ça quand on regarde derrière les préjugés et les apparences.

Elle ne va pas hésiter non plus à se mêler de la vie privée de son employeur, ce qu’elle fait de plus en plus souvent. Warren se comporte envers elle comme un père, ou un grand-père, ce qui la change de ses relations habituelles. Sa relation avec Kathleen est très touchante.

Bien que le fils de Warren, Aaron, soit un homme séduisant qui l’attire au premier regard, elle ne cède pas à son charme tout de suite, contrairement à d’habitude. Ce dernier semble bien cacher son jeu, en parfait homme politique.

Au fil du récit, Mia fait le point sur ses aventures. Elle se rend compte de la chance qu’elle a eue avec ses clients précédents. Certains sont devenus des amis, d’autres des membres de la famille qui restent proches d’elle, prennent de ses nouvelles et respectent son indépendance et sa détermination à rembourser le bookmaker par elle-même. Attentionnés, ils l’ont incluse dans leur vie sans réserve ou sans lui reprocher son métier. Au contraire, certains étaient même prêts à payer ses dettes. D’ailleurs, l’idée du tatouage de Mia pour symboliser cette année et ses rencontres est fantastique.

Écrit dans un style simple et concis, les pages défilent à la vitesse de la lumière bien qu’il ne se passe pas grand chose.

L’auteur nous surprend toutefois par un gros rebondissement. Il nous permet de voir accourir certains héros des tomes précédents et va bouleverser la vie de Mia.

Compte tenu des événements de ce tome, j’ai hâte de voir ce qui va se passer pour la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *