Romance historique

Francesca : une très belle surprise

la-chronique-des-bridgerton-6-francesca

Julia Quinn, Francesca, La chronique des Bridgerton 6, J’ai Lu Aventures et Passions

Américaine, traduite en 13 langues, Julia Quinn est connue dans le monde entier pour sa série Les Chroniques des Bridgerton, une romance historique à l’époque de la Régence, sa spécialité. Après l’histoire de Daphné, Anthony, Benedict, Colin et d’Éloïse, celle de la plus mystérieuse de la fratrie, Francesca.

L’histoire : Veuve, Francesca a connu pendant 2 ans un merveilleux mariage avec John. A chacune de ses fréquentes visites, son cousin Michael leur racontait toujours des anecdotes sur sa vie de Don Juan, pour mieux cacher qu’il était désespérément amoureux d’elle, mais qu’il ne tenterait jamais quoi que ce soit par loyauté envers John.

Lorsqu’il revient d’un séjour de 4 ans en Inde, elle ne comprend pas pourquoi elle ne peut pas retrouver leur amitié légère, drôle et agréable, maintenant que les premières étapes du chagrin sont passées depuis longtemps.

Mon avis : J’ai découvert avec beaucoup de plaisir la personnalité et l’histoire de Francesca. Contrairement aux autres membres de la famille, on n’assiste pas à son premier amour.

Secrète, entière, son caractère et sa personnalité en retrait la distinguent de sa famille dont elle est pourtant très proche, et que j’aurai aimé voir davantage. Elle a déjà aimé, souffert et fait son deuil du mieux qu’elle le pouvait. N’ayant jamais oublié John, elle n’a pas envie de le trahir et de tourner la page mais elle veut un enfant, donc elle n’a pas le choix.

Déterminé, protecteur, Michael a eu un coup de foudre pour elle au premier regard, mais il a réussi à le dissimuler à tous, excepté Colin, et compte bien continuer à le faire, ainsi que la maladie qui le frappe ponctuellement pour se trouver lui-aussi une épouse qui lui donnera un héritier.

Dans son style toujours aussi fluide, agréable, sans temps mort et plein d’humour, l’auteur nous plonge dans l’intrigue, la psychologie des personnages et nous fait ressentir tout en délicatesse, grâce à l’alternance des points de vue des héros, leur histoire, ce qui nous permet de mieux nous rendre compte au fil du récit de leurs sentiments, et de l’évolution de leur relation.

Au départ, Michael est malheureux et préfère fuir, Francesca est accablée par le chagrin mais reprend le dessus petit à petit. A son retour, elle veut retrouver son ami et l’aider à se marier mais, le voyant différemment, elle se retrouve attirée par lui, ce qui lui fait peur et la conduit à se refugier en Ecosse ou il la retrouve.

Éloignés du monde extérieur, leur relation peut alors évoluer dans un jeu du chat et de la souris de manière très touchante et maladroite. Ils doivent chacun affronter leurs sentiments, tout en acceptant ceux de l’autre.

Si certains peuvent être gênés par les thèmes du deuil, de la culpabilité et de la maladie, bien présent dans ce tome riche en émotion, il n’en reste pas moins une très belle histoire à découvrir en attendant celle d’Hyacinthe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *