Romance historique

Éloïse : une petite déception

la-chronique-des-bridgerton-5-eloise

Julia Quinn, Éloïse, La chronique des Bridgerton 5, J’ai Lu Aventures et Passions

Américaine, traduite en 13 langues, Julia Quinn est devenue écrivain en attendant d’entrer en fac de médecine. Elle est  connue dans le monde entier pour sa série Les Chroniques des Bridgerton, une romance historique à l’époque de la Régence, sa spécialité. Après l’histoire de Daphné et de ses 3 frères ainés (Anthony, Benedict, et Colin), celle d’Éloïse, qui ne fait jamais rien comme tout le monde.

L’histoire : Complètement désemparé face à ses turbulents jumeaux, sir Phillip, qui a entretenu une correspondance avec Éloïse, la cousine de sa défunte épouse, depuis sa lettre de condoléances, lui propose de l’épouser sur un coup de tête.

Contre toute attente, celle-ci, qui estime qu’à 28 ans, elle n’a plus rien à perdre, débarque seule par surprise chez lui afin de mieux le connaitre avant de prendre sa décision.

Mon avis : Totalement conquise par notre fratrie préférée, j’ai été désagréablement surprise par ce tome bien que j’ai passé un agréable moment.

Ses extraits de lettres passées, remplaçant la chronique de lady Whistledown, apportent un éclairage bienvenu sur la personnalité d’Éloïse, et montrent à quel point elle peut être réfléchie derrière sa carapace extravertie de fonceuse. Ce tome nous permet aussi de comprendre enfin pourquoi elle était si obsédée par sa correspondance. Maligne, pragmatique, curieuse, aimante, généreuse, loyale, extrêmement franche, drôle, elle m’a pourtant parue éteinte.

Réservé, secret, taciturne, mystérieux, hanté par son malheureux premier mariage, bien plus complexe qu’il ne le laisse paraitre, Phillip est peut-être son dernier espoir mais elle ne l’épousera que s’il est capable de le rendre heureuse.

Leur relation se construit tout en douceur. Éloïse prend son futur rôle d’épouse et de mère au sérieux, elle se rend vite indispensable. Phillip comprend lui aussi que son mariage sera complètement différent et qu’il devra changer de comportement envers sa famille, s’ouvrir à eux et cesser de se réfugier dans sa serre.

L’auteur nous fait certes ressentir les peurs et doutes des personnages, l’évolution de leurs sentiments mais on est loin de l’amour et la passion des autres tomes ou de l’humour d’habitude omniprésent. Il y en surtout des petites touches, grâce aux jumeaux ou aux frères Bridgerton, accourus toutes affaires cessantes pour sauver la réputation de leur sœur.

Le récit est fluide, entrainant mais pas addictif. Il nous donne envie de vite lire le tome suivant sur Francesca, la plus mystérieuse des sœurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *