Thriller/Thriller historique

Le songe de l’astronome : astronomie, politique et complot

le-songe-de-lastronome

Thierry Bourcy et François-Henri Soulié, Le songe de l’astronome, 10-18, Grands Détectives

Français, diplômé de psychopathologie et de linguistique, Thierry Bourcy est écrivain, scénariste, il assure d’ailleurs des formations sur l’écriture de scénarios, et dramaturge. Il a notamment écrit 8 tomes des enquêtes de Célestin Louise, flic et soldat, paru aux éditions du Nouveau Monde.

L’histoire : L’Empereur Rodolphe II de Habsbourg organise une somptueuse fête dans son château de Prague. Le grand astronome, astrologue et alchimiste Tycho Brahé doit y présenter sa nouvelle conception du cosmos.

Parmi les prestigieux invités, Sophie, sa sœur, l’astronome Kepler, son assistant, ainsi que les plus grands penseurs, artistes et notables de la Renaissance tel le peintre Spranger, le médecin et alchimiste Michael Maier, l’inquisiteur Robert Bellarmin, connu pour avoir envoyé le philosophe copernicien Giordano Bruno au bûcher, ainsi que l’ambassadeur de Suède le chevalier Gustaf Löwenhielm.

L’enjeu : savoir si le grand astronome fait tourner le soleil autour de la Terre, ou l’inverse, ce qui serait une hérésie…

Lorsque Tycho est retrouvé empoisonné dans le cabinet de monstruosités du château, le prince décide d’enfermer tous ses invités jusqu’à ce que le coupable soit démasqué.

Mon avis : Basé sur un fait réel, la disparition de Tycho Brahé, ce mélange entre huis clos et thriller historique est une réussite.

Pour ceux qui ont de vagues souvenirs d’école sur l’astronomie, l’auteur revient sur les différentes théories à l’époque de la Renaissance de manière claire et concise, tout en nous apprenant plein de choses.

Le contexte politique ou historique, dont la peur de l’inquisition, omniprésente, la vie quotidienne d’un palais, ou l’importance des scientifiques et de leurs protecteurs à cette période, est plus ou moins respecté, il y a certaines libertés pour le bien du récit. Les personnages réels sont bien intégrés et bien exploités dans l’intrigue.

Le style de l’auteur est court, fluide, simple à suivre malgré tous les rebondissements, fausses-pistes, retournement de situations et surprenantes révélations.

Le récit se déroule dans un agréable contexte sombre, mystérieux, addictif et légèrement angoissant sans aucun temps-mort.

Après voir partagé la journée de la victime, une personne détestée par son entourage en général, on suit le récit du point de vue du capitaine de la garde, Josef Kssov, un homme intelligent, droit, perspicace et qui ne se laisse pas abuser par le pouvoir.

Aidé de son neveu Mattheus, petit à petit, il va découvrir pour chacun des suspects leurs liens, leurs motivations, souvent trouble, leurs secrets bien cachés sous un vernis mondain, leur véritable personnalité, et surtout la vraie raison de leur présence (espionnage pour l’Angleterre, vengeance, adultère…).

Aucun n’est tout à fait innocent. Certains sont antipathiques, d’autres sont attachants ou peuvent nous faire rire par leur obsession de manger, …

Bref, un bon moment de lecture en ce qui me concerne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *