Romance historique

Colin : Défi, mystère et révélation

la-chronique-des-bridgerton-4

Julia Quinn, Colin, La chronique des Bridgerton 4, J’ai Lu Aventures et Passions

Américaine, traduite en 13 langues, Julia Quinn est devenue écrivain en attendant d’entrer en fac de médecine. Elle est  connue dans le monde entier pour sa série Les Chroniques des Bridgerton, une romance historique à l’époque de la Régence, sa spécialité. Après Daphné, Anthony et Benedict, l’histoire de Colin, notre globe-trotter mécontent de sa vie.

L’histoire : De retour en Angleterre pour la saison mondaine, Colin se réjouit de profiter de sa famille et décide de mener son enquête sur l’identité de la mystérieuse lady Whistledown. Depuis 10 ans, elle épingle les travers de la bonne société dans ses chroniques en toute impunité.

Pénélope Featherington, une jeune voisine très proche de la famille, est amoureuse en secret de Colin depuis des années. Habillée en dépit du bon sens par sa mère qui fonde tous ses espoirs de mariage sur ses autres filles bien plus jolies, elle ne se fait pourtant aucune illusion sur ses chances mais accepte quand même d’aider Colin dans ses recherches. Est-elle la mieux placée pour cela ? A voir …

Mon avis : Comme les autres tomes, j’ai adoré retrouvé cet univers et cette famille si attachante.

Le récit est fluide, délicat, subtil, prenant, haletant, plein d’action et d’humour. On pourrait penser que leur relation, très touchante, évolue rapidement mais comme ils se connaissent depuis 12 ans environ, en réalité, ce n’est pas vraiment le cas, au contraire. Déjà attachés aux personnages, on plonge vite dans l’histoire.

Derrière la carapace qu’il présente en public, Colin manquait terriblement de confiance en lui et se sentait insignifiant par rapport à ses frères au moment de son départ en voyage. Ses voyages lui ont ouvert les yeux en partie, fait prendre confiance en lui, murir … S’il avait déclaré en public à un moment donné qu’il n’épouserait pour rien au monde Pénélope, alors qu’il tenait beaucoup à son amitié et la faisait systématiquement danser aux bals pour éviter qu’elle ne fasse tapisserie, il serait aujourd’hui bien moins catégorique.

Pénélope a elle-aussi vécue dans l’ombre de sa famille. Intelligente, douce, aimante, loyale, lucide, réfléchie, elle aurait eu bien plus de succès de mariage à ses débuts avec des vêtements et couleurs adaptés à sa morphologie et sa carnation et non aux gouts désastreux de sa mère. Pour celle-ci, elle est vraiment destinée à lui tenir compagnie jusqu’à la fin de ses jours, on s’en aperçoit dans une scène hilarante et légèrement surréaliste. Au fil du récit, on la voit sortir de sa coquille, prendre confiance en elle, … On s’y attache d’autant plus et on est fier d’elle.

Le défi de lady Danbury sur l’identité de lady Whistledown est l’occasion d’un jeu du chat et de la souris qui nous réserve des instants encore plus humoristiques que d’habitude, des rebondissements et une surprise finale très agréable qui remet en perspectives ce qu’on savait sur elle. Moi qui avais fini par me dire à la lecture de ce tome que je me trompais probablement sur les minces indices donnés par l’auteur, …

En tout cas, j’ai hâte de savoir ce que le reste de la famille nous réserve.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *