Bit lit

Le Maitre de la Guilde : Qui est le chat ?

londres la ténébreuse 3

Bec McMaster, Le Maitre de la Guilde, Londres la ténébreuse 3, J’ai Lu Crépuscule

Australienne, mariée, Bec McMaster écris de la romance paranormale et steampunk. Elle aime créer des héros hors du commun, des héroïnes qui savent se défendre, et des intrigues au rythme haletant. Le Maitre de la Guilde est le 3ème tome sur cinq de sa série Londres la ténébreuse que publie les éditions J’ai lu.

L’histoire : Sir Jasper Lynch, sang bleu et Maitre de la Guilde des Engoulevents, cherche depuis des mois à arrêter Mercury, le chef du mouvement humaniste, sans savoir que celui-ci est une femme, du moins au début.

Cette dernière, Rosalind, est à la recherche de son petit frère Jeremy, disparu le jour de l’explosion de la Tour d’Ivoire, le siège du pouvoir de l’Echelon. Comme son corps n’a jamais été identifié, elle est espère de toutes ses forces qu’il est vivant.

Afin de pouvoir mener des recherches plus approfondies, elle décide d’infiltrer la Guilde en tant que secrétaire de Sir Jasper. Elle y découvre un homme séduisant qui fait renaitre en elle  des sensations disparues à la mort de son mari et remet ses convictions en cause.

Seront-ils ennemis ou alliés ?

Mon avis : Je suis toujours sous le charme de cette saga bien que j’ai été énormément déçue de ne pas voir les héros des tomes précédents, ou à peine une seconde pour Lena.

L’univers de l’auteur est encore plus riche et original. Le monde des Engoulevents, qui équivaut un peu à la police, que nous découvrons vraiment dans ce tome est particulier, complexe, codifié. On a aussi un aperçu plus complet de celui des mécaniques. Cette fois, on est au cœur de l’action.

Le mélange de romance et steampunk est bien dosé. Le style est fluide, agréable. L’auteur nous entraine ou elle le veut avec brio, on tourne les pages avec curiosité. Il y a du suspens, de l’action, des rebondissements à foison.

Rosalind est forte et sensible à la fois, déterminée à défendre ses convictions, obstinée, loyale, courageuse, aimante, protectrice. Son sang-froid est monstrueux. On s’identifie à elle, on s’attache, on a peur pour elle que Sir Jasper découvre son secret. Les blessures de son passé l’ont forgée et ont laissé des traces.

Sous un aspect froid et distant voir austère, Jasper est fort, loyal, secret, protecteur, ténébreux, séduisant. Son équipe rapprochée est sa famille, il est prêt à tout pour eux. Paria parmi ses pairs, il déteste l’Echelon alors que sa naissance lui permet d’en faire partie. Paradoxal, il veut détruire les humanistes tout en admirant leur chef.

Contrairement aux apparences, ils se ressemblent beaucoup tous les deux, ils sont complémentaires. Ils refusent de s’avouer leur attirance pourtant indéniable car ils sont conscients de leur devoirs respectifs. Ils vont se remettre en question et évoluer. Ils doivent aussi accepter d’abandonner une partie de leur contrôle pour faire une place à l’autre, surtout Jasper. Leur jeu du chat et de la souris mâtiné de séduction est tordant.

L’enquête sur les actes de violence inexplicables des sang-bleus envers leur famille et leur mort systématique est palpitante, comme le compte à rebours de l’Echelon pour la capture de Mercury.

On découvre davantage des personnages entraperçus avant, très intéressants, intrigants. L’auteur en introduit aussi plein de nouveaux très prometteurs.

La fin est scotchante et introduit plein de nouvelles possibilités. Je me demande ce que l’auteur va choisir pour la suite de la série et qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *