Romance contemporaine/Romance historique

Les sept sœurs : Maia, la brésilienne

les sept soeurs 1

Lucinda Riley, Maia, Les sept soeurs 1, Points

Irlandaise, très peu connue en France, traduite dans 28 langues, publiée dans 38 pays, Lucinda Riley a fait cette fois une publication remarquée en France aux Editions Charleston avec Maia, le 1er tome d’une série ou les personnages principaux portent les noms issus de la légende de la constellation des sept sœurs, les Pléiades. Points vient de le publier en poche.

Info : Pour qu’on puisse lire les tomes indépendamment les uns des autres tout en donnant des nouvelles des héroïnes précédentes, chaque récit commencera par la manière dont elles apprennent la mort de leur père. Il y a un fil conducteur sur celui-ci d’ailleurs.

Les origines de Maia, l’ainée des sœurs, lui ont été inspirée par sa rencontre avec  l’arrière-petite-fille d’Heitor da Silva Costa, le créateur de la statue du Christ Rédempteur, qui domine la ville de Rio et le mystère qui plane encore de nos jours sur le modèle féminin des mains.

L’histoire : Pa Salt, un homme aussi fabuleusement riche que très mystérieux, a adopté au fil des années 6 filles venues des quatre coins de la planète qui ont grandies à Atlantis, une île privée au bord du lac Léman sous la garde dévouée de Marina en attendant la 7ème sœur en vain.

A sa mort, il laisse à chacune une lettre, un indice sur leurs origines, une devise pour le futur, et des coordonnées géographiques pour commencer l’enquête le jour ou elles le souhaitent.

Celles de Maia, l’aînée, vont la conduire dans un manoir en ruine sur les collines de Rio de Janeiro habité par une vielle dame en fin de vie et sa fidèle servante. La première la jette dehors, la seconde, voyant son pendentif, lui confie des lettres racontant une magnifique histoire d’amour entre son arrière-grand-mère, Izabela, et Laurent, un artiste entre le Paris des années 20 et la bonne société brésilienne de l’époque. Aidée de Floriano, un écrivain/historien brésilien, Maia va reconstituer petit à petit son histoire familiale et tomber amoureuse.

Mon avis : J’ai été folle d’attendre qu’il sorte en poche pour le lire. Ce livre est un coup de cœur.

L’auteur nous raconte en parallèle les histoires d’amour d’Izabela et de Maia, deux femmes très attachantes et complexes.

Belle, stricte, intelligente, déterminée, Maia doute beaucoup d’elle-même, surtout à cause des graves blessures qui lui a laissé son premier amour et ses conséquences. Elle a prit l’habitude de se réfugier dans son cocon protecteur et s’en contente. Quand cet homme lui annonce son passage à Genève et lui demande une entrevue, elle fuit sur le champ à Rio. Sa rencontre avec Floriano, qui la pousse en douceur à dépasser ses peurs, va lui réapprendre à vivre. J’ai regretté qu’ils ne soient pas plus présents car le récit se concentre surtout sur la vie d’Izabela.

Loyale, aimante, passionnée, Izabela, ou Bel, est une jeune fille qui sait ce qu’elle veut. Si elle sait parfaitement se conduire en société et ce qu’on attend d’elle, elle rêve de plus pour son futur, d’une certaine liberté et de trouver le bonheur dans sa vie de femme. Bien qu’elle épouse Gustavo et reste avec lui, elle sait qu’elle n’oubliera jamais Laurent.

L’alternance entre les époques, on a vraiment l’impression de voyager dans le temps ou au Brésil, et les personnages nous fruste et nous empêche de lâcher le livre car on veut savoir la suite. L’auteur maitrise son intrigue, originale, de bout en bout et nous emporte avec elle au passage sans nous perdre un instant. C’est fluide, visuel, agréable, subtil, réfléchi, palpitant, vivant… On vit les sentiments des personnages, leurs espoirs, leurs doutes, leurs peines, leurs évolutions… J’ai apprécié de savoir aussi ce qu’il arrivait à la grand-mère et la mère de Maia, même quand c’est tragique.

L’histoire de Maia est un peu rapide mais comme nous aurons de ses nouvelles par la suite … et que je compte me jeter dessus le plus vite possible…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *