Thriller/Thriller Contemporain

Le dompteur de lions : la maison de l’horreur porte bien son nom

le dompteur de lions

Camilla Läckberg , Le dompteur de lions, Erica Falck 9, Actes Sud

Suédoise, mariée, 3 enfants, ancienne économiste, Camilla Läckberg a écrit des livres de cuisine, de la jeunesse (Supercharlie) et surtout sa série policière Erica Falck, qui a fait l’objet d’une série télévisé diffusé sur France 3 en 2013, et dont Le dompteur de lions est le 9ème tome publié en France aux éditions Actes Noirs, Actes Sud.

Aperçu du passé : Même si chaque tome peut se lire séparément, et que l’auteur nous fasse parfois des rappels, je vous fais un petit point si vous ne voulez pas lire les tomes précédents.

Erica Falck, auteur de biographies, revient s’installer dans le petit village de son enfance, Fjällbacka, bien moins calme qu’il n’y parait en surface, ou elle espère se rapprocher de sa sœur, en proie à des difficultés dans son mariage. Elle fait la connaissance de Patrik Hedström, l’inspecteur et chef officieux de la police locale, dont elle n’hésite jamais à se mêler des enquêtes policières avec succès, qu’il soit d’accord ou pas.

Apres un gigantesque baby blues lors de la naissance de son ainée, elle s’est découvert un frère caché du coté de sa mère, a aidé sa sœur à affronter les conséquences de la mort de son mari avant qu’elle ne refasse sa vie, mis au monde des jumeaux assez turbulents… Bref elle ne s’ennuie jamais entre sa bande de gentils monstres et la vie bien turbulente de son village ou l’imprévu est roi.

L’histoire : Disparue depuis 4 mois, Victoria, devenue muette, aveugle et sourde à cause de son ravisseur, resurgit dans la nuit ou elle se fait heurter par une voiture avant de décéder à l’hôpital. Son retour relance l’enquête sur les disparitions d’autres jeunes filles dans la région. Ont-elles eu le même ravisseur ?

De son côté, Erica Falck aimerai écrire l’histoire de Laila, emprisonné depuis 30 ans, qui accepte de la rencontrer tout en refusant de répondre aux questions. Elle semble cacher quelque chose bien trop lourd pour elle. A-t-elle vraiment tué son mari violent envers leur fille ou la vérité est-elle bien plus terrible ?

Mon avis : L’auteur ne nous déçoit jamais.

Comme toujours, la construction du récit alterne entre les points du vue des différents personnages, le passé et le présent pour nous faire reconstituer le puzzle, ou pas. A sa guise.

Le récit est fluide, agréable. Bien sur, c’est sombre, violent, inquiétant, mais l’humour est présent (Mellberg élève encore le niveau) pour relâcher la pression. L’intrigue est bien menée, le suspens à son comble.

On retrouve avec plaisir notre petite communauté formée de gens très attachants, complexes. Erika est toujours aussi curieuse, Patrik partagé entre l’envie de la garder à la maison et celle de la laisser faire vu son instinct indéniable. Mellberg, qui n’en fait qu’à se tête, rend fous ses collègues. Anna, Dan et Martin se reconstruisent doucement après leurs épreuves respectives.

On ressent les émotions des personnages, la frustration d’Erika devant son intuition que rien ne vient valider, la colère ou l’horreur des enquêteurs devant les rebondissements et révélations obtenu à grand peine devant les maigres indices dont ils disposent, …

On a pitié de Laila. Amoureuse folle de son dompteur de lions qui a tout abandonnée pour elle, respectueuse de ses coutumes ou rien de doit sortir de la maison familiale, elle fait pourtant face avec courage à une violence omniprésente au sein même de son foyer qui la détruit de l’intérieur.

Si au cours de la lecture, pour les fans de la première heure, vous pensez avoir trouvé la solution de l’énigme, méfiez-vous car je n’avais pas vu venir un des éléments qui m’a bien surprise lors de l’épilogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *