Romance/Romance historique

La musique des sombres passions : 14 ans d’attente pour le lire en français

La musique des sombres passions

Julie Garwood, La musique des sombres passions, J’ai Lu Aventures et Passions

Américaine, Julie Garwood est un écrivain de romans d’amour incontournable. Elle écrit surtout sur les highlanders, les écossais du Moyen Âge. Elle a vendu plus de 20 millions d’exemplaires à travers le monde. 15 de ses romans se sont classés sur la liste des best-sellers du New York Times.

L’histoire : Extrêmement belle, riche, disputée par 2 proches du roi Jean qui la veulent autant que le trésor de sa famille maternelle, Gabrielle est pourtant donné en mariage à un influent laird écossais qui meurt la veille de ses noces. Déjà plongée malgré elle dans les intrigues, complots et trahisons de la cour, elle sauve dans le plus grand secret lors de son voyage Liam, le frère de Colm, chef du clan MacHugh. Celui-ci doit à son tour ensuite la protéger quand le monde entier lui tourne le dos. Mais est-elle vraiment en sécurité ? Ou Colm est-il lui-même un danger à affronter ?

Mon avis : Si ce tome peut se lire de manière complètement indépendante, il est néanmoins la suite très attendue du Secret de Judith et du Maître-Chanteur, dont le héros Brodick joue un rôle important dans l’histoire. En revanche, les autres sont absents à notre plus grand regret.

Princesse héritière de Saint-Biel, que le roi s’est approprié, Gabrielle a été bercée par les légendes familiales sur le fabuleux trésor disparu à transmettre à ses filles. Forte, déterminée, courageuse, combative, loyale, aimante, n’ayant pas sa langue dans sa poche, elle a fort à faire avec Colm. Bien qu’elle sache se battre comme les hommes, elle le cache et ne participe pas du tout aux combats entre les clans. Elle a une relation très forte avec ses gardes d’ailleurs.

Colm MacHugh est l’écossais typique : mutique, dominateur, passionné, détestant les Anglais, puissant et légendaire tant par son ardeur au combat que son redoutable mauvais caractère. Comme il est la seule solution logique pour héberger Gabrielle, Brodick l’y oblige en paiement d’une dette. Il va rapidement comprendre que la phrase Si vous le dites signifie que Gabrielle n’en fera qu’a sa tête.

L’auteur se concentre essentiellement sur le contexte économique et politique de la situation au dépends de la relation amoureuse et de ses personnages. Tous, principaux ou secondaires, auraient mérités d’être avantage mis en valeur. On en apprend peu finalement sur les héros, sur la manière dont leur relation s’approfondit petit à petit contrairement à ses autres livres.

Au fil du récit qu’on lit d’une traite, elle sait doser la légèreté, l’intrigue, les rebondissements, le suspense, et l’humour. Certaines scènes comme par exemple celle ou les 2 moines doivent affronter Colm … sont à mourir de rire. Elle alterne les points de vue entre les héros, les nobles anglais et le Roi Jean, ce qui peut dérouter même si tout se recoupe et devient logique.

Certains éléments peuvent nous laisser penser qu’elle écrira un jour l’histoire de Liam. J’espère qu’il sera bien plus présent dans son livre que Colm ne l’a été ici. A voir car on sera au rendez-vous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *